Qui Suis-Je ?

Moi, c’est Marion

Mon histoire peut se résumer en 5 grandes étapes, ou escales.

Tout est parfait !

Petite fille très sage, toujours ou presque première de classe (sauf quand je n’aimais pas le prof!). Depuis petite, j’ai 36 intérêts (mais jamais de passion) et me pose des questions sur les sciences humaines, l’astronomie, l’origine de la vie etc. 

Un jour je veux être décoratrice, puis prof des écoles, mais en fait archéologue, et puis non je serai guide touristique… L’étranger m’attire très vite, la promesse d’une nouvelle culture, d’une nouvelle langue, bref d’un apprentissage continu

Je fais des études classiques avec un bac ES, puis une prépa éco que je ne tiens qu’un an (la compétition, le rythme, la pression et surtout le manque de sens ont eu raison de la jeune fille de 18 ans que j’étais). Je rejoins alors une école de commerce internationale, à double cursus. Mon expatriation commence alors à l’âge de 20 ans.

2010 : C’est parti pour 10 ans d’expatriation

En effet, je pars après 2 ans à Reims rejoindre la branche irlandaise de mon cursus. Dublin, une expérience inoubliable. Une immersion dans une nouvelle culture, un nouveau type d’apprentissage avec les universités anglo-saxonnes, un stage de 6 mois en entreprise… C’est là que je sais que je ne veux pas rentrer en France. Je me suis trouvée ! J’oscille entre Master et vie active. Je souhaite travailler dans le monde de l’alimentaire, mais c’est une opportunité dans la technologie qui se présente avant même l’obtention de mon diplôme.

C’est donc vie active à Londres (et première négociation de salaire du haut de mes 23 ans), et là je découvre le harcèlement moral.

En 2011, au fond du trou et en désespoir de cause, j’envoie un CV à Google – je ne connaissais en rien le monde du digital – et surprise, je suis embauchée dans l’équipe Royaume-Uni, grands comptes Google Ads. 

Commence alors une aventure de 6 ans et demi, entre l’Angleterre, l’Irlande et jusqu’à l’Australie. Je suis complètement immergée dans les cultures anglo-saxonne, irlandaise et américaine. Au travail et dans la vie privée. 

    2016 : Qu’est-ce que je veux vraiment ? 

    Petit problème : j’ai complètement oublié qui j’étais ! 

    Je commence à me poser des questions sur mon futur, qu’est-ce que je veux vraiment ? Dès 2012, je savais que Google n’était pas fait pour moi, mais la vie passe, je tombe dans le système, une routine, un confort.

    Sauf que ça grince de plus en plus. En 2016, je décide de me faire accompagner par une coach car je sais que la démission n’est plus très loin mais j’ai peur. Le bilan de 5 ans chez Google : plusieurs burn-outs et bore-outs. Problème avec l’autorité, le manque de sens (je ferai un tour au sein de l’équipe RSE de Google pour me rebooster), compétition et concurrence, stratégies de promotion etc.

    En 2017, je démissionne enfin de Google après 6 ans et demi et je sais alors que je ne veux pas vivre dans le regret. Notamment tenter de revivre en France est important pour moi. Est-ce que je peux me réintégrer après tant d’années si loin ? 

    En 2018, je pars voyager en Australie et Amérique du Sud pendant 6 mois, ce qui amorce une reconnection à une partie de moi-même et surtout me redonne un petit goût à la vie. 

      2018 : L’ouragan du retour en France

      J’avais lu des témoignages de retour de longues expatriations avec un conjoint étranger. Mais je crois que rien ne nous y prépare vraiment. Le retour fut un déclic, comme si quelque chose au fond de moi rennaissait, toquait à ma porte. Un vrai ouragan de mon côté car le questionnement était toujours présent. Qui suis-je ? Que veux-je ? 

      Je me souviens avoir dit lors de ma séparation avec mon conjoint irlandais “ma vie passe devant moi, mais je ne la vis pas”.

      Commence alors une longue déprime, mais qui me permet un travail d’introspection profond avec l’aide de plusieurs thérapeutes et le chemin de découverte de la douance. En parallèle, je développe mon activité de freelance en marketing digital, je découvre les avantages et inconvénients d’entrepreneuse. Mais je me rends surtout compte que le marketing n’est vraiment plus pour moi. 

      2020 : la lumière, Je suis Marion

      En avril 2020, je décide de nouveau de me faire coacher par une coach spécialisée dans l’atypisme, pour travailler mon futur professionnel. En lien avec le coaching, je travaille sur les relations en thérapie, l’acceptation de qui je suis, de mon fonctionnement différent. 

      Le bilan est sans appel : je veux me reconvertir. Je liste une vingtaine de métiers, leurs avantages et inconvénients, mais je sais que coach est le métier qui me permettra de m’épanouir de combiner l’ensemble de mes intérêts et de mes deux passions cachées : le développement personnel et la nature.

      C’est ainsi que je suis maintenant coach de vie et professionnelle, avec la nature. Je combine le coaching, l’écopsychologie, la reconnexion, la randonnée, l’observation de la faune et la flore et bien d’autres !

       

      Je mets deux mots d’ordre en avant: 

      • Amour inconditionnel
      • Présent parfait  

      Mes Valeurs

      Evolution

      Harmonie

      Créativité

      Plaisir

      Réalisation